Quarta-feira, 4 de Junho de 2008

Bowerbirds

Bowerbirds - Bur Oak

#90.1 - BOWERBIRDS - Bur Oak
by lablogotheque

 

"En guise de rues, c’est dans une boutique de bonbons que tout se met en route, au milieu d’un fatras de plastique en couleur. Emballages bariolés sur emballages bariolés, au milieu la barbe de Phil Moore qui oscille doucement, et son chant balancé comme si de rien n’était. Ecoutez le bien : il ne clame pas, il ne murmure pas non plus ; il ne commande rien mais il s’impose quand même. Il laisse traîner les voyelles, il raconte une histoire. Quand il parle de montagnes on les imagine parfaitement juste au dessus de nous - même de là, au milieu de tout ce sucre. Quand il est rejoint par ses deux acolytes et qu’ensemble ils harmonisent et parlent d’une chute sur les genoux, ce sont nos rotules que l’on touche. Comme pour bien s’assurer que.

Et il y a cet énorme tambour aussi. Anecdotique, pourrait-on penser. Un simple accessoire. Mais regardez le bien : il est énorme, hors de propos, hors de proportion. Et pourtant il est joué tout doucement, avec un toucher d’artisan minutieux qui sait que tout tient au détail. Le son est plein, riche et aussi discret qu’il doit l’être."[F]

 

Bowerbirds - In Our Talons

#90.4 - BOWERBIRDS - In our talons
by lablogotheque

 

"Cette fois ci, le chant est à nouveau parfait. Notre homme montre à nouveau qu’il est un conteur né, un barde moderne arpentant le macadam pour balancer sa parole. Mais j’ai le sentiment que c’est maintenant à la demoiselle qu’il faut faire attention. Vous l’avez vu depuis tout ce temps, vous avez entendu sa voix en contrepoint. Mais là, vous remarquez la subtile ondulation de sa démarche, la façon qu’elle a d’empoigner son accordéon comme elle ne le faisait pas jusqu’ici, d’avancer avec lui, de faire corps. Elle danse, ou presque, ou c’est tout comme. Comme si elle allait s’y mettre, comme si en avançant vers elle on pourrait l’empoigner nous aussi et valser jusqu’à épuisement. Encombrée d’un énorme instrument, elle est pourtant sensuelle. Une affaire de détails, d’anecdotes, encore une fois. De tout ce que les concerts à emporter essaient de documenter, finalement : la petite différence, la broutille, la vétille dans laquelle se cache la beauté."[F]

publicado por Ridwan às 05:08
link do post | comentar | favorito
4 comentários:
De C. a 4 de Junho de 2008 às 14:52

muito engraçados estes passarocos.

De menina limão a 11 de Junho de 2008 às 15:48
Aleluia, a Blogothèque pegou neles!
De Ridwan a 12 de Junho de 2008 às 15:57
Eram-me desconhecidos,mas fiquei fã depois de ter visto estas 2 excelentes performances.

Comentar post

.mais sobre mim

.pesquisar

.Feeds

  Subscribe in a reader

Enter your email address:

Delivered by FeedBurner

.arquivos

. Abril 2009

. Março 2009

. Junho 2008

. Maio 2008

. Abril 2008

. Março 2008

. Fevereiro 2008

. Janeiro 2008

. Dezembro 2007

. Novembro 2007

. Outubro 2007

. Setembro 2007

. Agosto 2007

. Julho 2007

. Junho 2007

. Maio 2007

.links

.tags

. todas as tags

Creative Commons License
.